IV] Les différentes gammes de ski​

1. Les skis de piste

Il s’agit de la pratique la plus répandue et la plus accessible dans le ski alpin. On y retrouve des débutants, qui apprennent à faire des virages dérapés tout en maintenant leur équilibre, et des amoureux de belles courbes bien taillées qui pratique le carving, voir la compétition (slalom, géant, descente…).

Les skis de pistes sont équipés d’un cambre classique et sont assez étroits au niveau du patin (moins de 85mm en général). Cela permet de pivoter les skis facilement pour entrer dans les virages, de passer rapidement d’une carre à une autre tout en conservant une bonne accroche.

Les skis de pistes « classiques » sont à différencier des skis de compétitions. Ces derniers sont souvent plus rigides et moins tolérants afin de permettre à des skieurs plus expérimentés de développer plus de puissance lors de leurs virages coupés. Certains modèles sont soumis à des normes imposées par la Fédération Internationale de Ski (FIS) afin de pouvoir être utilisés sur des compétitions officielles. Pas d’inquiétude, si vous souhaitez participer à une flèche ou un chamois, vous ne serez pas embêté par ce type de réglementation. 

2. Les skis freeride

Ces skis sont faits pour les amoureux de poudreuse qui parcourent la montagne à la recherche des plus belles lignes ! Nous nous permettons de rappeler que la pratique du ski en hors-piste est dangereuse. Par conséquent, elle s’adresse aux skieurs expérimentés ou accompagnés par un professionnel. Si vous ne connaissez pas la montagne et les règles de sécurité à respecter, ne vous aventurez pas seul hors de pistes balisées !

Les skis de freeride ont la particularité d’être assez large au niveau du patin (à partir de 90-95mm jusqu’à 115mm et parfois plus) pour fournir une bonne portance en poudreuse. C’est pour cela qu’on les appelle les « fats ». Ils sont équipés d’un rocker à l’avant (parfois un rocker aussi à l’arrière) et de temps en temps d’un cambre inversé afin d’être le plus maniable possible en hors-piste.

On trouve aujourd’hui des skis de freeride possédant un comportement très correct et une bonne accroche sur piste. Néanmoins, ce n’est pas leur vocation principale et un skieur non-expérimenté aura du mal à les exploiter sur des neiges damées. 

3. Les skis polyvalents (all-mountain)

Les skis polyvalents (all-mountain) sont apparus il y a quelques années afin de permettre aux skieurs d’évoluer dans différents types de neige au cours d’une même journée : damée, trafolée, poudreuse… Ils sont parfaits pour les skieurs qui veulent profiter d’une station sans avoir à se cantonner à un type de pratique (piste ou hors-piste).

Les skis polyvalents sont équipés d’un rocker en spatule et sont en général un peu plus large au patin que des skis de piste. Néanmoins, ils ne sont pas aussi large que des skis de freeride (largeur moyenne pour un ski polyvalent : 85-95mm). Cela permet de conserver une bonne accroche sur piste damée. Le rocker, lui, permet au ski de « déjauger » plus facilement et de rester en surface lorsqu’on évolue en poudreuse.

Il existe deux types de skis polyvalents :

  • Les skis 70% piste / 30% hors-piste : ils s’adressent à des skieurs qui font principalement de la piste mais qui aime découvrir les joies du bord de piste lorsqu’un peu de neige fraiche est tombée. Attention : n’emmenez pas ce type de ski dans 60cm de poudreuse, vous risqueriez d’être déçu !
  • Les skis 50% piste / 50% hors-piste : ils s’adressent à des skieurs qui apprécient autant trancher la piste en virages coupés que faire de belles traces en hors-piste. Ce sont des skis tout-terrain permettant d’évoluer dans presque tous les types de neige. Attention : ce type de ski s’adresse à des sportifs à la recherche de polyvalence dans leur pratique, au détriment d’un peu de performance. En effet, ces skis « 50/50 » seront un peu moins performants sur neige damée que des skis de piste. De même, des skis freeride seront plus agréables à utiliser en poudreuse. Néanmoins, la différence n’est pas toujours énorme et cela vous évitera d’avoir à acheter plusieurs paires de skis !
  • 4. Les skis freestyle

    Les skis freestyle s’adresse aux casse-cous qui passent leur temps à s’envoyer en l’air dans les snowparks. Ces derniers, pour réaliser leurs figures sur les différents modules disponibles (kickers, rails, half-pipe…), ont besoin d’un matériel spécifiquement adapté.

    Les skis freestyle sont donc bi-spatulés, c’est-à-dire que la spatule et le talon sont légèrement relevés pour permettre au skieur d’effectuer des switchs (passage de l’avant à l’arrière et inversement). De plus, en fonction du type de module pratiqué (half-pipe / kickers / rails…), il sera possible d’utiliser plutôt un cambre classique (pour permettre une meilleure accroche) ou des doubles rockers (pour une meilleure maniabilité et des transition ultra-rapides).

    Depuis quelques années, nous avons aussi vu apparaitre les skis freestyle backcountry. Il s’agit d’un hybride entre les skis freestyle et les skis freeride dont l’objectif est de faire des figures en hors-piste (dans de la poudreuse de préférence !). 

    5. Les skis de randonnée

    Le ski de randonnée dispose d’une fixation articulée qui permet au talon de se décoller lors qu’elle est positionnée en mode marche. Ainsi, les randonneurs peuvent accrocher une peau de phoque sous leur ski (pour ne pas glisser grâce à leur effet anti-recul) et partir à l’assaut des pentes les plus raides sans avoir à utiliser les remontées mécaniques.

    Si vous avez une certaine condition physique et une grosse envie de ne pas payer votre forfait, c’est la discipline qu’il vous faut ! Il existe plusieurs types de skis de randonnée qui s’adaptent aux besoins des utilisateurs :


    • Les skis de randonnée « allumettes » / « touring » : il s’agit de skis très fins et très légers permettant de monter rapidement sans trop se fatiguer. Ils sont utilisés par des skieurs à la recherche de performance à la montée, notamment par des sportifs participants à des compétitions (la Pierra Menta par exemple). En ce qui concerne la descente par contre… Ils sont beaucoup moins agréables à skier car souvent très instables.
    •  Les skis de freerando : il s’agit de skis large et puissant qui sont difficile à utiliser à la montée mais qui procurent des sensations équivalentes à un ski de freeride à la descente. Ces skis sont utilisés pour des courtes marches d’approche ou du hors-piste par gravité, c’est-à-dire en utilisant principalement les remontées mécaniques. N’essayez pas de monter trop haut avec, vous risquez de ne plus avoir l’énergie pour redescendre.
    • Les skis de randonnée polyvalents : il s’agit de skis assez légers mais tout de même robuste permettant d’évoluer en randonnée ou sur piste facilement. Ce type de ski s’adresse à des personnes qui souhaitent parfois s’échapper des domaines skiables surpeuplés pour profiter de la nature et de la montagne.

    Comme vous pouvez le constater, il existe aujourd’hui de nombreux types de skis sur le marché. Ces derniers possèdent des caractéristiques différentes afin de s’adapter aux besoins des skieurs. Avant d’acheter une paire de skis, il est donc important de savoir ce que vous allez en faire et de choisir un modèle qui correspondra à votre besoin. Puis, il faudra choisir votre taille et, là aussi, il faut faire attention ! 

    Saisissez votre adresse mail !